7 secrets pour réussir sa reconversion professionnelle [et créer son entreprise]

Réussir sa reconversion professionnelle et devenir entrepreneuse

Plus de 30 % des salariés français souhaitaient se reconvertir dans un avenir plus ou moins proche. C’était avant COVID… Ce chiffre est aujourd’hui en augmentation et on parle de «la Grande Démission », y compris en France.

Si tu es dans ce cas, que tu envisages de créer ton entreprise, j’aimerais partager avec toi mes 7 secrets qu’il vaut mieux connaître avant. Pour éviter des surprises.

Reconvertie six fois dont deux fois en tant qu’entrepreneuse, ces sept secrets sont basés sur mon propre expérience depuis 2006 et sur celle de mes clientes, toutes entrepreneuses dans de divers domaines.

Alors, que faut-il savoir avant de créer ton activité ?

1. Avant de penser reconversion, pense à une idée qui te fait vibrer

Quitter mon emploi, d’abord. Penser à ce-que-je-peux-bien-faire, après.

C’est une façon de faire qui peut s’avérer dangereuse.

Car si tu n’as pas d’idée précise, le cheminement vers une activité dans laquelle tu t’épanouis et qui te paie peut être long et fastidieux.

Et il vaut mieux avoir un minimum de sécurité pour éviter le stress. Laisse-toi le temps de te connaître, de trouver, tout en assurant ton quotidien.

En revanche, si au plus profond de toi, tu as une idée géniale qui te fais vibrer, qui allume des étincelles dans ton cœur, à laquelle tu rêves depuis longtemps, saute sans délais.

Si tu as une cause à laquelle tu veux t’adonner toute entière, une mission, une vision claire de ce que tu veux changer dans le monde, ne réfléchis pas trop.

Car cette vibration, cette idée qui t’anime te donnera suffisamment d’énergie pour dépasser tous les obstacles et réussir ta reconversion. Au moins au début. Tu as besoin de cet élan pour passer à l’action.

2. Se reconvertir demande du temps

Entre le moment où tu penses reconversion et celui où tu lances ton activité « pour de vrai », il peut y avoir un gap de temps important.

Et aussi, cela peut durer des semaines, voire des années avant d’avoir des premiers résultats tangibles et réels : des clients et un revenu réguliers.

Prépare-toi à un marathon. Moralement.

N’espère pas de faire mieux que les autres, d’avoir des résultats plus rapidement. D’une part, tu pourrais te décourager si ce n’est pas le cas. D’autre part, la pression d’enjeux peut te mener au burn-out rapidement.

Pense à ton énergie, à ta motivation, aux ressources dont tu disposes ainsi qu’à ta stratégie à long terme. Agis comme un sportif, étape par étape, tranquillement, en musclant ton état d’esprit.

3. Pense à ton mindset : entreprendre, c’est gagner de l’argent

Beaucoup de femmes se lancent dans l’entrepreneuriat pour aider les autres. Et c’est génial ! Parfois, elles font même un business plan, car « il le faut ».

En réalité, elles ne pensent pas réellement à gagner de l’argent, ce n’est pas encore inscrit dans leur esprit. Or, il est essentiel de prendre cette posture dès le départ.

Et travailler sur ses croyances limitantes comme « demander de l’argent aux personnes en difficulté, c’est immoral » ou « se mettre en avant, c’est prétentieux ».

Quand tu es entrepreneuse, tu es une business woman, tu développe ton activité et ton chiffre d’affaires pour en vivre.

Sans cette posture d’entrepreneuse, la stratégie choisie ne sera pas la bonne. Tu vas passer longtemps à te demander ce qui cloche… Avant de te rendre compte que c’est toi, et ta posture.

4. Activer ta marque personnelle est une priorité

Tu le sais très bien (j’espère?) : quand une personne achète un produit ou un service, elle achète aussi les valeurs et la personnalité du vendeur ou de la marque. Cela est valable pour de grands groupes (Nike) et des freelances, pour les produits (fromage ou voiture) ou les services (séance de sophrologie).

Les gens achètent les gens. C’est donc ta personnalité, tes façons de faire, tes talents, tes compétences, ta marque personnelle toutes entière qui va faire la différence.

Les gens n’achètent pas des produits et des services. Ils achètent des relations, des histoires et de la magie.

Seth Godin

Les liens font vendre. Et c’est génial !

Car il y a une multitude de moyens pour créer des liens, dans la fluidité et le plaisir. En revanche, ce n’est donc plus possible aujourd’hui d’entreprendre sans prendre la parole, sans te mettre en avant, sans être présente sur les réseaux sociaux, sans rencontrer des personnes.

Prépare-toi à cela. Commence dès maintenant à développer ta marque personnelle et à poser les bases.

[Sache aussi que c’est ma mission et aussi mon talent de t’aider à être toi-même, à créer ton business sur mesure et à activer ta marque personnelle pour attirer tes clients de cœur. Pour les entrepreneuses atypiques comme toi, j’ai créé mon programme Ose zébrer ]

5. Tu ne démarres pas de zéro

Ça devrait te réjouir : tu ne démarres pas de zéro !

Pense à tes soft skills, et à toutes les compétences que tu as acquis grâce à ton chemin de vie, à tes expériences, personnelles et professionnelles.

Transpose-les, fais-les converger. Base-toi dessus pour ton activité. Car c’est beaucoup plus facile et rapide de développer ce qui existe déjà plutôt que d’acquérir ou de corriger.

Pense à cela d’abord avant de penser aux compétences plus « techniques » comme faire de la compta ou des vidéos. Tu pourras apprendre des choses utiles après, quand tu sauras exactement de quoi tu as besoin, selon la stratégie choisie.

6. Utilise ton réseau existant

Avoir un réseau développé lors de tes expériences passées est une aubaine. Et ce, quelles que soient ces expériences : professionnelles, associatives, sportives, personnelles comme des voyages par exemple.

C’est là que tu pourras trouver tes partenaires, tes prospects, tes clients, les personnes qui vont pouvoir t’aider. Elles connaissent en effet tes compétences. Elles savent déjà qui tu es et ce que tu vaux.

Avant de te lancer « pour de vrai », parles de ton projet autour de toi. Il se peut alors que tu auras dès maintenant des pistes qui te permettront de lancer ton activité plus vite.

7. N’attends pas le bon moment pour te lancer. Il n’y en a pas.

Quel que soit le nombre de formations faites avant de commencer, quel que soit le nombre de livres lus ou le nombre d’accompagnements que tu auras suivis, tu auras toujours l’impression de ne pas être prête à 100 %. Ce n’est pas confortable mais c’est une réalité.

Une autre réalité : ton syndrome de l’imposteur sera désormais ton compagnon de route.

Et ce, pour deux raisons principales.

D’aune part, quand tu es en reconversion, tu n’as plus le temps de faire une longue formation « fondamentale ». Avec une petite formation de quelques mois, il te manquerait l’expérience pour te sentir suffisamment légitime dans ta nouvelle activité.

D’autre part, comme tu n’as plus de chef au-dessus de toi, tu n’as personne pour te dire si tu fais bien les choses ou non, si tu avances dans le bon sens. Tant que tu n’auras pas de revenus, pas de flux de clients réguliers, tu auras toujours des doutes ; tu penseras que tu n’es pas compétente.

Et même plus tard, tu auras toujours des doutes à chaque passage au niveau supérieur.

Donc, n’attends pas le bon moment, lance-toi maintenant. Ainsi, tu prendras de l’avance !

Quant au syndrome de l’imposteur, tu peux l’apprivoiser, notamment grâce au coaching et à des exercices simples mais efficaces.

J’ai concocté pour toi une mini-formation vidéo pour démarrer :

Maintenant, grâce aux secrets que j’ai partagés, tu peux envisager ta reconversion en connaissance de cause.

L’entrepreneuriat, c’est une magnifique aventures, enrichissante et épanouissante… quand tu es bien préparée C’est comme un voyage, ça peut aussi tourner au désastre si l’on oublie des choses importantes.

Et si tu as envie d’échanger avec moi, me poser des questions, retrouve-moi sur les réseaux où je partage également mon quotidien d’entrepreneuse et de coach.

Belle aventure à toi !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.