Mon chemin de zèbre perfectionniste, ou Comment ne pas être une entrepreneuse parfaite ?

Zèbre perfectionniste, partie obligatoire du package ?

Pourquoi je te parle de mon chemin de z√®bre perfectionniste ? Certainement, pour t’aider √† d√©culpabiliser. Car nombre de mes clientes-z√®bres sont perfectionnistes, et le vivent tr√®s mal.

Z√®bre perfectionniste, c’√©tait avant

Je suis une perfectionniste avec une tr√®s grande exp√©rience. Le syndrome de ¬ę premi√®re de la classe ¬Ľ, √ßa me connait. Pendant des ann√©es, j‚Äôavais peur de mal faire, j‚Äôavais besoin de passer du temps √† peaufiner jusqu‚Äôaux moindres d√©tails, j‚Äôavais tr√®s peur du regard des autres, peur de demander de l‚Äôaide et de montrer qu‚Äôil y a des incomp√©tences, des faiblesses.

Seuls les résultats comptaient. Pas le chemin parcouru, que je ne remarquais même pas.

Je passais beaucoup de temps à réfléchir avant d’agir. Je ne voulais surtout pas faire d’erreurs. Faire une erreur signifiait pour moi une défaillance personnelle. La moindre remarque sur mon travail me mettait à l’envers. Pour longtemps. Accepter un feed-back constructif ? Mais jamais de la vie.

Un √©chec me mettait par terre. Int√©rieurement. Car ext√©rieurement, je portais une armure √©tincelante ! Mon entourage pensait que pour moi, tout √©tait facile. Que j’avais vraiment beaucoup de chance.

Mon propre critique int√©rieur ne se taisait jamais. ¬ę¬†Pas assez, tu aurais pu mieux faire, tu ne feras jamais aussi bien que…¬†¬Ľ

Je voulais tout contr√īler. Je ne supportais pas les surprises, m√™me pas pour mon anniversaire, ou les changements √† la derni√®re minute.

L’exp√©rimentation de l’imperfectionnisme

Les soins intensifs ont commenc√© vers 23 ans. En retour d’un s√©jour d’√©tudes de 6 mois √† l’√©tranger, j’ai voulu quand m√™me terminer mon ann√©e universitaire pour ne pas perdre une ann√©e compl√®te. Cela voulait dire : passer tous les partiels, rattraper 6 mois de cours et de travaux pratiques. J’ai boss√© jour et nuit, et j’ai r√©ussi plut√īt bien, sauf pour un examen : j’ai eu tout juste la moyenne. Un cas unique pour moi ! J’ai d√©cid√© d’accepter ce r√©sultat et de ne pas faire de rattrapage, ce qui voulait dire : accepter de ne plus √™tre majeur de promo…

Puis il y a eu l‚Äôarriv√©e en France : je ne parlais pas fran√ßais, il fallait bien admettre que l‚Äôon ne me comprenait pas ! Et aussi, que les fautes d’orthographe, c’est tr√®s g√™nant mais pas mortel.

Puis mon fils ain√© est n√©. Puis ma premi√®re entreprise. Je ne pouvais pas tout faire, jongler avec toutes les balles, il me fallait l√Ęcher des bouts.

Je résistais encore, je m’en voulais de ne pas être à la hauteur : mauvaise mère qui travaille le samedi au lieu de faire une tarte ET mauvaise cheffe d’entreprise qui fait son bilan à la dernière minute.

Le burn-out d’entrepreneuse

Il y a 6 ans, j’ai fr√īl√© le burn-out des entrepreneurs. J’ai ferm√© mon entreprise, apr√®s 9 ans, en y laissant des plumes. Mon couple n’allait pas bien du tout. Mon perfectionnisme m’a co√Ľt√© trop cher. En √©nergie. En relations. En plaisir et envie. En vie.

Depuis, il a fallu des exp√©riences, des rencontres, des formations, de nombreuses lectures, aussi. Mes pr√©f√©r√©es : Tal BEN-SHAHAR ¬ę¬†L’apprentissage de l’imperfection¬†¬Ľ et John C. Parkin ¬ę¬†Rien √† foutre ! L’ultime voie spirituelle¬†¬Ľ

Il a fallu apprendre que le chemin est plus important que le r√©sultat. Que l’√©nergie est pr√©cieuse et il faut l’utiliser avec soin. Que notre corps est un outil formidable, notre tableau de bord, il suffit de l’√©couter. Que les meilleures opportunit√©s arrivent par surprise, la ma√ģtrise totale est illusoire et inutile. Et que si l’on avance en accord avec notre cŇďur, notre intuition, en total alignement avec les valeurs et en se laissant le temps de vivre, on peut mourir √† tout instant car on est d√©j√† heureux, sans attendre, sans regret d’avoir oubli√© de faire des choses importantes.

Tu t’en doutes, en tant qu’entrepreneuse, j’ai totalement chang√© de vision et de m√©thode. Tu veux la conna√ģtre ?

J’en parle dans cet article.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *